Retrouvez l'interview de Freddy Guimard dans notre rubrique Portraits


Au sommaire de Running Mag (cliquez sur l'article souhaité)


23/11/2020 : Place aux courses virtuelles

 On ne peut plus participer à des compets? Après le premier confinement, les espoirs sont revenus à l'été et au début de l'automne, mais très vite il a fallut se résigner. Mais comment entretenir la motivation chez un coureur en mal de compétition? Et bien les organisations se sont retroussées les manches. Bien sûr, il n'est pas question de payer une inscription, mais au moins de courir pour une bonne cause. A l'exemple Anonymes du campus  qui avaient entamé les inscriptions pour leur édition 2020 et qui finalement ne veulent pas lâcher l'association des Restos du coeur qui a plus besoin que jamais de fonds. Les Anonymes du campus, ont donc mis en ligne une course virtuelle avec classement, sur le site de chronométrage Protiming avec classement : ici

Le cross du Sud Ouest fait de même avec des fonds récoltés pour le téléthon : le classement :  . Déjà plus de 300 participants.

Asics avec la FFA a mis en place un challenge Ekiden à travers le monde. Succès phénoménal, bien que les démarches d'inscription aient été compliquées à gérer au niveau de la technologie, un certain nombre se sont découragés. Fin du challenge, aujourd'hui. Plus de 8000 équipes dans le monde ont participé à ce marathon en équipe, soit près de 50000 personnes. Pour la France, 1443 équipes. Au classement général, on notera la 5è place de Bordeaux Athlé (1er au classement des clubs FFA) qui réalise un chrono de 2h18'46, avec Florent Marque-Pucheu, Alexis Turpin, Alexandre Dazard, Quentin Maurel, Matthieu Pinto et Baptiste Moulin. Le club a su engager 18 équipes au total, probablement le club le plus représenté. Classement ici

D'autres épreuves pourraient proposer des courses connectées d'ici la fin de l'année. Dans tous les cas, cela fait du bien de pouvoir "se rentrer dedans" après tant de mois à courir sans objectif, et le tout pour la bonne cause. Rendez-vous sur les sites de chronométrage pour en savoir plus : Protiming, Chrono-start, Ok Time, courir33, BPo, Pyrénées-chrono, etc. 



01/10/2020 : Retour sur le Xtrail de Corrèze

 Par où commencer pour écrire cet article. Habituellement, dans le titre je nomme soit le vainqueur, soit j’évoque les conditions météo, le nombre important de coureurs et je rattache le nom de la course. Mais là, non, ça ne vient pas, le seul qui me vient, c’est « enfin un dossard ». Des mois que l’on attend ça et que l’on vit au rythme des annulations. On essaie d’y croire à chaque fois, les organisateurs aussi et sur Facebook on voit défiler les annulations, petites organisations comme grosses manifestations. Le dernier en date, les Templiers, le 80, seule épreuve qui avait été maintenue. De mon côté j’avais ciblé le Xtrail de Corrèze au mois de juin, à la sortie du déconfinement, seule course où j’avais finalement espoir, je m’étais inscrite sur le 100, je l’avais déjà fait il y a deux ans, et j’étais prise sur le Grand raid des cathares, un mois plus tard. Donc un 100 pour préparer un 160, c’est bien ce qu’il me fallait. Dans mon sillage j’emmenais quelques athlètes de mon groupe d’entraînement, quatre sur le 50, 4 sur le 26. Parmi eux, trois chanceux inscrits aux templiers et qui me réclamaient un plan spécifique depuis le mois d’août. J’avoue les avoir fait un peu patienter pour leur fournir le plan, tout d’abord parce qu’il ne faut pas dépasser huit semaines de prépa spécifique pour une échéance (la préparation générale fait déjà pas mal le boulot, je vois trop de personnes arrivées à l’échéance complètement fatiguées), d’autre part, je craignais tellement la désillusion avec toutes les annulations qui s’enchaînent. Et c’est bien ce qu’il s’est passé avec les Templiers. Je venais juste de leur envoyer le plan la semaine d’avant. La question jusqu’à jeudi, c’était, « est-ce qu’on va vraiment pouvoir y aller, à Argentat ? ». Nous étions motivés à fond, avions fait quelques séances spécifiques, et de mon côté après l’annulation du GRC, j’ai demandé à basculer sur le 50 km deux semaines avant, après de grandes hésitations, mais il était clair que je n’avais pas l’entraînement pour tenir 100 km. J’ai pu obtenir mon dossard pour le 50. Pour Laure, qui a choisi de courir sur le 26, c’est un gros choc et à quelques jours de l’épreuve, impossible de basculer sur le 50, je lui avais déconseillé car à trois semaines des Templiers, c’était prendre un risque, elle manque encore d’expérience sur les longues distances qu’il faut pouvoir encaisser. Manu et Sébastien, un peu plus habitués aux longues distances avaient pris ce risque, finalement, c’était bien joué.  Vendredi soir, nous voilà donc partis direction Argentat, nous arrivons juste à temps pour le retrait des dossards. Installation dans les mobil home, pasta party vite préparée, un petit coup de rouge et au lit tout le monde. Le lendemain, nous sommes cinq avec nos masques à nous rendre à la plaine des sports pour prendre le bus qui nous emmène au départ. Quarante cinq minutes de transport, et le temps de rentrer dans sa bulle, comme cela va-t-il bien pouvoir se passer, ça fait tellement longtemps qu’on n’a pas porté de dossard. Au vu du kilométrage annoncé et du D+, connaissant un peu le terrain, mais les souvenirs sont trompeurs, je table pour nous tous autour de 7h, plus ou moins. 8h55, nous voilà tous sur la ligne de départ avec nos masques, Charly (un des organisateurs de l’UTPMA, ultra traileur confirmé) est au micro et il anime la manifestation toute la journée. Petite pensée pour Alain Létard que je pensais retrouver au micro. Un cheval monté par un comte arrive au milieu des coureurs, c’est lui que l’on suivra sur le premier tour de ce village de Saint Bonnet les Tours de Merle. 9h, les fauves sont lâchés, ne pas partir trop vite, comme souvent et de plus aujourd’hui tout le monde a particulièrement faim, c’est la première course depuis mars pour une grande majorité d’entre nous. Mes compagnons de course ont faim eux aussi, et comme nous sommes tous un peu du même niveau, même si on ne le dit pas vraiment ou juste pour plaisanter, le challenge entre nous est bien présent. Qui arrivera avant l’autre ? Les sensations au niveau des jambes sont plutôt bonnes, la jubilation est là, quel pied de se retrouver dans cette ambiance. J’ai du mal à me projeter dans 7h de course, j’ai complètement oublié ce que cela représente. Je ne suis pas forcément très sereine, il manque une compétition au moins de préparation et au niveau volume ça reste un peu léger. Très rapidement, je me retrouve devant les copains, puis Manu revient à ma hauteur et prend un peu plus le large. Le parcours passe beaucoup en forêt, la Corrèze, c’est d’abord de la forêt, beaucoup de forêt, des murs de forêt, peu de point de vue sur des vallées. Pourtant on tourne autour de la Dordogne et de la Maronne. Malgré toute la pluie qui est tombée, le sol est plutôt sec, pas de gadoue ou assez peu, donc ça accroche bien. Trois quatre km après le départ on tombe sur un magnifique point du vue sur les Tours de Merle qui sont tout à côté, mais les circonvolutions de la course fera que l’on y passera dans beaucoup plus longtemps que je ne l’imagine. Le plaisir est là, je profite. Au 14è km, les Tours de Merle enfin, magique, un premier point d’eau, (il y en aura deux et un seul ravito, covid oblige, je suis donc partie bien chargée), S’en suis un long passage technique (merdique) dont je me souviens sur le 100 km, des cailloux avec de la mousse, des dévers, des appuis fuyants et casse-gueule. Au passage, nous nous sommes tous retrouvés sur ce 14è, Brice, Manu, Nicolas, et moi. Seb est un peu plus loin. Les coureurs sont grisés, normal les andorphines sont remontées et tout le monde se sent en forme. Je me fais pas mal doublée, je laisse passer, je sais que je vais surement en ramasser plus loin, à moins que ce ne soit le contraire, j’ai quand même l’impression que je suis trop vite. Petit à petit je me rapproche du ravito, le 30è où une magnifique vache (en porcelaine ?) nous accueille, j’ai été plutôt dans le dur sur cette partie....

La suite dans le prochain numéro de Running Mag

 



27/09/2020 : Et de trois dans le 47 !

Si il y a un département où il fait bon courir en ce moment, c'est bien dans le Lot et Garonne. Merci la préfecture! En effet, après Monflanquin , Ayet ,c'est a Villeneuve sur Lot, que les traileurs se sont retrouvés, et on pu se faire plaisir sur leur terrain de jeu favori, car Freddy Gueudin ,et toute son équipe, ont fait le maximum pour satisfaire les 250 inscrits; venus du Lot et Garonne, mais aussi des départements voisins. Coté course, 2 distances au programme cette année : 7 et 13km. Un 13km, très vallonné (450m d+) avec une succession de montées et descentes. A ce petit jeu, le Pujolais du Monflanquin AC , Gregory Kiéné , a une nouvelle fois ,fait la course seul en tête. Il s'impose en 55'08. Eric Despujols , d'Oloron, et le local du Stade Villeneuvois, Hervé Chambanneau, se sont bien "bagarrés " pour la 2nde place, mais le premier cité résistera jusqu' à la fin pour une poignée de secondes : 58'04 et 58'13. Coté féminin, c'est Marie Thellier du SUA Athlé , qui s'impose en 1h09. Alice Goehrs et Catherine Lepers complètent le podium. Sur le format court, Robert Dajean aurait du s'imposer...Mais suite a une erreur de parcours ,il laisse finalement la victoire a Yannick Barei ( déjà vainqueur a Ayet le week-end dernier) qui franchit la ligne en 26'30" , quelques secondes devant le villeneuvois Thierry Merland , (26'39) qui a su résister au jeune cadet girondin, Rafael Rubio-Frances de Lanton( 27'10) . La tarn et garonnaise, Julia Muller, quant a elle ,continue sa moisson. 2ème a Monflanquin, victorieuse a Ayet, elle termine 7ème au scratch(29'29)  . Sa dauphine Anne Rose Alicot est a moins d'une minute (30'16) . Nancy Beauvais termine 3ème. A noter la présence de Mr le maire J.Lepers pour la remise des récompenses pour les 5  premiers hommes et femmes de chaque course ainsi que les 1ers de chaque catégorie. 

 

Retrouvez les résultats du Trail du Villeneuvois en rubrique "résultats". Et quelques photos  ICI



19/09/2020 : Ayet, un trail pour la bonne cause !

La troisième épreuve du Challenge Trails 47 s’est bien déroulée à Ayet près de Tonneins dimanche dernier. Près de 180 coureurs se sont élancé de la plaine pour aller vers les plateaux du confluent entre Lot et Garonne. La Course des trois plateaux présente cette particularité d’être associée à une cause généreuse comme l’explique Claude Beltrame un des organisateurs et militant humanitaire depuis plus de 30 ans : « Depuis 2015, nous organisons ce trail au départ d’Ayet. La totalité des droits d’inscription des participants sont reversés à l’association CCFD (Comité Catholique de lutte contre la Faim et pour le Développement ».  Malgré une petite erreur de fléchage qui a pénalisé un groupe de coureurs sur le 10 km, l’ensemble des participants ont particulièrement apprécié le parcours qui conjugue ascensions et descentes techniques sur des sentiers « single traces « en sous-bois qui offrent, en outre, de magnifiques vues sur la vallée de la Garonne. Pratiquement pas de goudron sur l’ensemble des parcours ! Sur le 20km c’est Gregory Kiené qui double la mise après sa victoire à Monflanquin. Tiffani Kasprzak de l’US Tonneins remporte l’épreuve féminine sur ses terres. Sur le 10 km, c’est Yannick Barei qui s’impose et Julia Muller remporte une nouvelle victoire chez les dames ! Les traileurs se retrouveront pour la quatrième et avant-dernière étape du « Challenge Trails 47 » à Saint-Pierre-de-Clairac le samedi 14 novembre en nocturne pour le 10 km, départ à 19h00, et le dimanche 15 à 9h30 pour le 20 km.

 

 

Texte : R. Bohan. Photo : O.Gilquin. Retrouvez tous les résultats du trail en rubrique "résultats". Quelques photos ICI



08/09/2020 : Du joli monde à Monflanquin !

Dimanche soir, les co présidents du Mac 47, Laurent Darot et Patrice marquis pouvaient enfin relâcher la pression. Leur manifestation, comptant pour le challenge trail 47, s'est déroulée a merveille. Des conditions météo idéales ,et surtout un protocole sanitaire bien maîtrisé, et respecté par tous les manifestants (quasiment 300, sans les enfants et randonneurs)  Coté course ,un 10km, un 20km et le relais 2x5km. Sur le court, le voisin lotois Jordan Brugalières s'impose facilement en 34'44. Il devance Jaap Klareenbeek du Mac47 (36'45) et Victor Patfoort (36'59) Pauline Boelle,41'19, licenciée a l'ajc Nérac, revient doucement a son meilleur niveau. Julia Muller (avenir Valencien 82) n'a rien pu faire et termine en 42'43. Adélaide Comblon complète le podium féminin. Sur le format long, les vainqueurs 2020, sont les mêmes qu'en 2019. Gregory Kiene (Mac47) s'impose en 1h24'30 et la Bergeracoise Hélene da Costa Vale a dominé la course féminine -1h40'26. Thomas Pairoys de Bergerac et Thomas Pader (asptt Agen) finissent respectivement 2ème et 3ème.Nadège Goux, et Lucianne Albrecht sont également monté sur le podium. Enfin, 17 équipes inscrites sur le relais, et l'équipe de l'Ajc Nérac (Martial Andrieu et Ugo Delcayrou) a survolé les débats en bouclant le 10km en 33'36. Le relais mixte " La patte" avec l'infatigable Robert Dajean ,prend la 2ème place en 39'26. L' équipe fille " Cacapaupau" s'impose sur le relais féminin. La matinée s"est conclue par les courses enfants ,de plus en plus nombreux.  Rendez vous dans 15 jours a Ayet pour la 2ème manche du challenge trail 47 !

 

Retrouvez tous les résultats des foulées de Monflanquin en rubrique "résultats". Photo O. Gilquin.



Le challenge des trails 47 fait se rentrée à Monflanquin !

Organisées par l'association locale du Monflanquin Athlétic Club 47 (M.A.C. 47), les foulées Monflanquinoises ont vu le jour en 2007. Cette asso, née à la même époque, a tout de suite eu l’idée de créer une course afin de fédérer ses adhérents autour d’un évènement commun populaire et festif. Les Foulées Monflanquinoises, 2e épreuve du Challenge Trails 47 cette année, sont devenues avec le temps la course de référence en Lot-et-Garonne qui lance la saison après la rentrée de classes. Cette année de surcroit, la course marque aussi la reprise du Challenge qui s’est mis en pause depuis le mois de mars et le confinement.  Avec le stade de Coulon, la course possède un site magnifique pour le départ et l'arrivée. Pour cette 13e édition le côté familial est toujours au cœur de la manifestation avec un programme complet : 20 et 10 km trail, une rando de 10 km et une course pour les enfants autour de l’hippodrome. Le 10 km sur route est très accessible avec 110 mètres de dénivelé, qui peut se décliner en un relais de 2 fois 5 km en duo sur la même distance. Des navettes sont mises à disposition des relayeurs au niveau du ravitaillement du 5ème kilomètre. Le 20km Trail propose avec 285m de dénivelé avec un parcours qui traversera la bastide de Monflanquin et empruntera également de nombreux chemins offrant des points de vue remarquables. À 9h, départ du 20 km puis à 9h10 du 10 km et du relais. A 9h15 ce sera le tour des marcheurs aux marcheurs de s’élancer (Inscription 5€). Enfin les courses enfants, gratuite, démarre à 11h15, autour du stade. Lot aux 200 premiers inscrits. Classement scratch des 3 premiers coureurs hommes et femmes du 10 et du 20km ainsi qu'au premier coureur de chaque catégorie. Classement des 3 premiers duos sur le relais 2x5km (homme/femme/mixte). Casse-croute individuel offert aux coureurs et marcheurs. La course est retransmise en direct par Quad’Evasion. Toutes les mesures sanitaires Covid seront mises en place, n'oubliez pas de venir masqués et de respecter les mesures barrières en vigueur.

S’inscrire : https://www.chrono-start.com/Inscription/Course/detail/c/1902

 



14/07/2020 : On recourt dans le Lot-et-Garonne !

En ce jour de fête  nationale, c'était également jour de reprise pour les traileurs  lors de la " Pennaraudou", un trail "off" pour pallier au manque de compétition. 2 distances étaient proposées : 24 et 32 km sur les sentiers autour de Penne d' agenais et d'Auradou. 34 courageux au départ. Sur le long , Gregory Kiené du Mac 47 (et run store Bordeaux) a fait la course en tête du début jusqu' a la fin. Il passe la ligne après 32km et 980m d+en 2h37. Guillaume Burdizzo (BNTT) s'est bien défendu mais a du se contenter de la 2nde place en 2h46. Sansom Lafranchis (Athlé 632) complète le podium en 2h56. Sur le format court,le local  Hervé Chambanneau ( stade Villeneuvois) n'a laissé aucune chance a ses adversaires du jour sur ce parcours varié et exigeant de 24 km et 700m d+.Il s'impose en 2h06'15".Derrière, Ils étaient nombreux a pouvoir prétendre au podium , et c'est finalement Sebastien Sazy (asptt Agen) -2h24'30", qui a fait la différence dans l'ultime bosse. Cyril Massou termine 3ème en 2h27'10 Belle bagarre chez les féminines. Juliette Fourgeaud (mac 47) parti prudemment s'impose en 2h53. Christelle Depretz et Caroline chanu termine respectivement 2ème et 3ème. Lors du ravito d'arrivé , on pouvait lire sur le visage de chacun ,la satisfaction d'avoir enfin raccrocher un dossard et arpenter les sentiers en mode compétition. 

 

Photo d'Olivier Gilquin. Résultats ICI



C'est bientôt le 10ème anniversaire du Trail d'Agen !

Le Trail d’Agen prépare sa 10e édition et préserve sa singularité avec un 10ème nouveau parcours ! Même deux nouveaux parcours avec le trail urbain comptant pour le classement long du Challenge et ses 16 km et le petit parcours comptant pour le challenge court avec ses 8 km. Rendez-vous est donc pris pour le dimanche 15 mars, accueil à partir de 8h à la salle de l’Amicale Laïque, rue Duverger à Agen et premier départ à 9h30. Pour le dénivelé positif, difficile de faire plus avec 520 mètres de dénivelé positif pour le trail long et 250 mètres pour le court. Autant dire qu’une bonne préparation est vivement conseillée pour affronter ces deux nouveaux tracés, essentiellement sur bitume. Lancé en 2018, le challenge du meilleur grimpeur sera reconduit et le juge de paix sera donné en haut du côteau de l’Ermitage. Le challenge débutera au km 2. Il sera long de 1 km et présentera 110 mètres de dénivelé positif. Et juste avant, le « maillot vert » sera attribué au départ le plus rapide entre le km 0 et le km 1. De quoi bien se mettre en jambe pour attaquer la suite du parcours !  Des ravitaillements seront positionnés au km 3, 8 et 11. Attention, pas de gobelets plastiques ! Mais les coureurs recevront en dotation un gobelet rétractable muni d’un anneau afin de pouvoir le transporter aisément. L’année dernière, 400 coureurs avaient franchi la ligne et étaient ravi de trouver dans la salle « Rouzerolle » de l’Amicale Laïque 8 étudiants ostéopathes pour masser leurs muscles endoloris !  Côté récompenses, le CDH 47 innove et récompensera les 5 premiers hommes et femmes du classement scratch et procédera à un tirage au sort pour récompenser 10 dossards au hasard ! Cartons de vins, entrées aux thermes ou encore vol en ULM avaient été attribués l’an dernier.

 



23/02/2020 : Un bel anniversaire du côté des Barjots !

C’était les 10 ans de l’Authentic Barjots Trail ce week-end et quand on connait la passion et la générosité de l’association éponyme, on ne pouvait pas être déçu. Et en effet ce fut un grand moment de trail et de partage. Les concurrents ont répondu présent en masse avec pas moins de 560 dossards distribués et deux courses supplémentaires ont permis à tous d’en prendre plein les mirettes et les gambettes. Un 24km en relais mixte et un 35kl avec 1000m de D+, il y en avait pour tous les goûts. Même la municipalité de Pujols, petite commune de la Gironde, avait joué le jeu en finançant le feu d’artifice du samedi soir. Juste après l’épreuve nocturne. Les gens de Bouliac Sports Plaisir, venus en voisin, ont su tirer leur épingle du jeu mais on retiendra surtout côté résultats que Grégory Kiene fait un début de saison tonitruant. Il s’impose en effet sur la longue distance après une belle bagarre avec Jonathan Gerthofer, après avoir fini sixième le dimanche précédent du côté de Gruissan et de son 50km inscrit au Trail Tour Narional. Prometteur pour la suite de la saison. En tout cas du côté des Barjots, on n’est pas prêt d’oublier cet anniversaire ! 

 

Retrouvez les résultats du Barjots Trail en rubrique "résultats"



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





© AQTD - Mentions légales